26.3 C
Paris
lundi 4 juillet 2022

Comment choisir l’e-liquide pour sa cigarette électronique

Lorsqu’on décide de passer à la cigarette électronique ou e-cigarette, c’est généralement une étape vers l’arrêt de la cigarette. Bien que ce ne soit pas aussi efficace pour la santé plutôt qu’adopter un arrêt total, la vapote est considérée comme moins nocive. Arrivée sur le marché dans la dernière décennie, la cigarette électronique s’est peu à peu perfectionnée et diversifiée. Désormais, c’est un véritable mode de vie qui fait de nombreux adeptes à travers le monde. Que l’on soit petit vapoteur ou grand amateur de volutes de fumées, on peut trouver son compte pour le peu que l’on choisisse le bon modèle. Il en va également pour l’incroyable diversité des saveurs qui sont sur le marché : outre le classique tabac blond, on peut aujourd’hui trouver des goûts sucrés, mentholés, ou encore faire ses propres mélanges. La vapote est effectivement, comparé au tabac classique, un moyen de vivre sans s’accommoder des désagréments de la fumée de la cigarette, assez désagréable et qui s’imprègne partout. Voyons au travers de cet article l’essentiel à savoir sur les e-liquides.

La composition de base du liquide

Il y a plusieurs ingrédients dans la composition d’un e-liquide. Cela commence par ce que l’on appelle la base, qui est commune à tout liquide servant à la vapote. Elle est composée de deux éléments : le propylène glycol (PG) et la glycérine végétale (VG). Il peut y en avoir à taux différents selon le type de vapeur que l’on souhaite projeter, par exemple épaisse ou assez discrète. Le rapport entre les deux produits est toujours noté cent pour cent. Ainsi, on retrouve généralement des taux avec des rapports de soixante dix à trente, ou aussi cinquante et cinquante.

Le PG sert principalement à gérer la puissance d’éjection de la nicotine, que l’on appelle le hit, ainsi que le goût de l’arôme que nous avons mis dans le mélange final. Le propylène glycol agit aussi sur la densité de la vapeur produite, mais dans une moindre mesure que la glycérine végétale.

Quant à la VG justement, c’est utile essentiellement pour maîtriser l’épaisseur de la vapeur qui va se dégager lors de l’expiration au vapotage. À l’inverse du PG, en augmenter le volume dans le mélange total va réduire la sensation de la nicotine et des arômes.

En résumé, si l’on veut accentuer la vapote sur le goût et l’apport de nicotine, mieux vaut un mélange qui va privilégier le taux de glycérine végétale. À l’inverse, pour les amateurs de grosses volutes de vapeur, c’est le propylène glycol qui devra être le composant majeur de la base de son e-liquide.

Pour finir, une question qui revient souvent pour les néophytes du vapotage : d’où vient ces composants et sont ils utilisés autre part ? Dans le cas de la VG, c’est un ingrédient fréquemment usité dans l’industrie pharmaceutique, notamment pour les sirops, certains suppositoires ou encore comme hydratant. Sa toxicité en soi est donc peu élevée si vapoté, même s’il ne faut surtout pas en ingérer en tant que tel. En ce qui concerne le PG, c’est aussi un élément qui entre dans la composition de certains produits que nous ingérons, plutôt dans l’agro-alimentaire. Mais c’est aussi utilisé dans l’industrie cosmétique, pour d’autres fonctions.

La nicotine

Bien qu’il soit tout à fait possible de se passer de nicotine dans un e-liquide, ce qui est une très bonne chose, car signe que l’on n’est pas dépendant à cette substance, la majorité des vapoteurs en ajoutent une certaine quantité dans leur mélange. Le principal avantage comparé à la cigarette et au tabac en général, c’est que l’on peut doser soi-même la quantité de nicotine, principalement pour diminuer petit à petit la dose. C’est un bon moyen de se sevrer de la nicotine, en entraînant progressivement son corps à des doses à chaque fois moindres.

Lorsque l’on fait son propre mélange e-liquide, on doit ajouter ce que l’on appelle des boosters de nicotine. Ils sont sous forme de flacons de dix millilitres, avec un taux de nicotine très élevé. Ces flacons sont heureusement dilués dans la base du liquide pour cigarette électronique et permet d’agir sur le taux global en nicotine. Il s’agit, surtout si l’on débute dans la vapote, de se faire conseiller par un professionnel du secteur afin qu’il nous guide dans le nombre de boosters à ajouter dans son liquide DIY (do it yourself). Sinon, c’est le mal de crâne assuré.

L’arôme

Nous arrivons enfin aux arômes, qui font tout le charme de la vapote. C’est là principalement que va se faire le choix pour trouver le bon liquide qui nous convient. Si l’on peut se hasarder dans des mélanges de saveurs, il existe déjà des arômes plus ou moins subtils prêts à être mélangés à son e-liquide (base avec ou sans nicotine).

Les arômes sont essentiellement divisés en fonction de grandes familles, comme ceux qui sont gourmands. Ceux-ci vont des goûts chocolat et caramels jusqu’à la crème anglaise, voir des recettes de gâteaux aux fruits ! Il ne reste plus qu’à tester pour enfin terminer son e-liquide préféré et vapoter pour son plus grand plaisir.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles